Pour avoir des carottes, que doit-on semer ?

(En section de moyens, au mois d'avril.)

Nous possédons à l'école un jardin potager entretenu par les élèves. La première étape a consisté à repérer ce qui avait été semé, les espaces où on peut marcher, repérer et sentir les herbes aromatiques à ne pas arracher. Puis les élèves ont désherbé et bêché la parcelle à semer. Ceci a permis d'observer des racines, la diversité des "mauvaises herbes" mais aussi de distinguer ce qui est susceptible de pousser de ce qui ne l'est pas comme les sacs plastiques, les canettes, les morceaux de jouets... Les élèves ont aussi récolté des résidus d'anciennes plantations comme des carottes et pommes de terre. Surgit alors la question :

« Pour avoir des carottes qu'est-ce qu'il faut semer ? »

Chacun va donner son hypothèse :
- de la terre et des racines
- de la terre et de l'eau
- de la terre et de l'herbe
- de la terre et une carotte
- de la terre et des graines
- de la terre et une coquille d'escargot

Je n'oriente pas leurs hypothèses et laisse les élèves concevoir eux-mêmes leurs expériences individuelles à l'aide de petits pots, terreau et étiquettes. Seules des graines de carottes seront apportées par la maîtresse, le reste provenant du jardin.
Le facteur temps est abordé ainsi que la nécessité pour chacun d'entretenir sa plantation notamment en l'arrosant.

Au bout d'un mois, seules l'herbe prélevée en motte, les carottes et les graines ont poussé. Mais aucune n'a encore donné de carottes ! Il faudra attendre encore quelques temps pour avoir une réponse plus complète.