La mesure du temps - 2. La clepsydre

Après avoir fabriqué des sabliers pour mesurer le temps certains élèves avaient eu l'idée de remplacer le sable par de l'eau.Cela partait d'une réflexion influencée par « Fort Boyard ». Ils avaient vu cette clepsydre qui a la forme d'un sablier.
A leur grand étonnement, soit l'eau ne s'écoulait pas du tout, soit l'eau s'écoulait en faisant de gros bouillons qui interdisait toute mesure précise de la durée de l'écoulement.
Il a fallu réfléchir à nouveau au principe du sablier. Quand le sable s'écoule il y a simultanément un deuxième phénomène : l'air de la bouteille inférieure remonte dans l'autre bouteille. Les élèves redécouvrent ce que les amateurs de clepsydre savent, c'est que dans l'Antiquité les clepsydres n'étaient pas fermées justement pour que l'air puisse circuler. Ce système assurant une régularité dans l'écoulement de l'eau.
L'étalonnage de l'écoulement de la clepsydre comparé à celui du sablier a montré une nette différence : le sable s'écoule très régulièrement dans le sablier ce qui permet d'avoir des graduations régulièrement espacées. Alors que dans la clepsydre, comme l'écoulement dépend du poids de la colonne d'eau, les graduations sont plus espacées en fin d'écoulement qu'au début de l'écoulement.
On s'aperçoit ainsi qu'un sablier est plus facile à utiliser et plus précis qu'une clepsydre.