Où risque-t-on le plus de prendre un coup de soleil ?

L'été approche et je décide de travailler avec la classe sur les dangers liés au soleil : coups de soleil, cancer de la peau, etc.

Les élèves sont persuadés qu'on n'a besoin de se protéger du soleil que quand on est à la plage. Avec une carte de météo solaire trouvée sur Internet, on voit que ce n'est pas vrai : c'est en montagne qu'on reçoit le plus de rayons ultraviolets, et on sait que ce sont ces UV qui causent les coups de soleil.
On essaie de comprendre pourquoi c'est plus risqué en montagne.

Qu'y a-t-il entre nous et le soleil ? Il y a l'atmosphère. On se rend vite compte qu'en montagne on a moins d'atmosphère au dessus de notre tête que quand on est au niveau de la mer. Un débat collectif s'instaure, au cours duquel on finit par se dire que peut-être l'atmosphère filtre les ultraviolets.

Comme on ne peut pas expérimenter avec l'atmosphère entière, on décide de remplacer l'air par des petites plaques en verre transparent. Nous nous sommes procurés un papier spécial qui change de couleur quand il reçoit des UV, et en mettant des bouts de ce papier sous le verre, on constate que plus il y a d'épaisseur de verre, moins il passe d'UV.
Donc le verre absorbe une partie des UV. Le verre étant transparent comme l'air, les deux marchent peut-être de la même façon.

Une recherche documentaire permet aux enfants de confirmer leur hypothèse : l'atmosphère filtre bel est bien les UV : en altitude, on a moins d'atmosphère au dessus de nous, alors on reçoit plus d'UV qu'au niveau de la mer.

Cette discussion sur l'atmosphère nous a également permis d'évoquer le problème de la couche d'ozone, car c'est ce gaz qui filtre les UV. Ainsi, la couche d'ozone est vitale pour nous. Donc en plus de l'éducation à la santé, les sciences nous ont permis de nous sensibiliser à la protection de notre environnement !

Télécharger le MP3