La catapulte

Là aussi référence faite au " Seigneur des anneaux ". Onagres, balistes restaient des machines assez compliquées à réaliser. Nous nous sommes interrogés sur la simple catapulte. Le problème était de lancer un projectile sans se faire atteindre par les flèches ou les pierres que pouvaient lancer les défenseurs du château. Donc :

Comment lancer le plus loin possible ?

Notre catapulte s'était simplifiée et uniformisée pour pouvoir mieux cerner les paramètres et donc mieux répondre à la question : pas de roue, pas de superstructure compliquée qui gênerait l'étude des principes de base. Deux petites plaques de bois articulées entre elles et un petit tasseau glissé entre elles qui permettait d'incliner plus ou moins celle qui faisait office de rampe de lancement. Un élastique était fixé sur la plaque supérieure afin de lancer le projectile.


Les premiers essais ont permis de déterminer trois facteurs d'importance :
-le poids du projectile envoyé. Sa forme sphérique avait fait l'unanimité ; des billes en bois identiques furent utilisées.
-la tension exercée sur l'élastique.
-l'angle d'élévation de la plaque de lancement.
Le paramètre que nous avons retenu pour notre réflexion fut le dernier. Chaque groupe travaillait avec un élastique identique, une tension repérée identique et des billes en bois.
Petit à petit l'angle idéal fut obtenu et mesuré à l'aide d'un rapporteur.

Une question d'élève fit évoluer la recherche : " un projectile peut-il percer des remparts ? ".
Il faudrait de grosses catapultes. La réponse proposée fut de se servir autrement des catapultes pour envoyer les projectiles par-dessus les remparts. Comment ? En haussant l'angle de tir, ce qui nécessita de réduire la distance pour atterrir au même endroit. Nous approchions les notions de balistique.