Quelle température fait-il ?

A un retour de récréation, certains élèves ayant couru, d'autres ayant eu des jeux calmes, les avis sont très partagés pour répondre à cette question. D'où utilisation de thermomètres pour vérifier les prédictions de chacun. Où mesurer la température ?
La décision fut prise que chacun irait mesurer là où il a passé sa récréation. Au retour en classe les résultats différaient bien souvent des prédictions et entre eux également.
Comment expliquer ce phénomène ? Plusieurs facteurs entraient en jeu :
-la fiabilité de l'instrument fut écartée : tous avaient utilisé des thermomètres identiques
-l'habileté de l'expérimentateur : certains avaient tenu leur thermomètre par la base ce qui avait eu pour effet bien entendu de fausser les résultats. La lecture des résultats en ayant l'il à hauteur du liquide coloré : ce rappel n'était pas inutile.
-on pouvait se concentrer sur les conditions expérimentales : la mesure avait-elle été effectuée au soleil ou à l'ombre ? Et en allant plus loin où devait se prendre la température de ce moment de la journée ?

La décision fut prise de reprendre des mesures avec cette interrogation double : où, dans la cour, trouver la température la plus élevée, où trouver la température la plus basse ?
Groupés par deux afin de pouvoir vérifier instantanément la correction de leur mesure, les élèves ont dû réfléchir dans leur cahier d'expériences avant d'aller prendre des mesures sur le terrain. A partir de là une liste d'endroits déterminés fut dressée dans un tableau.


Au retour, les résultats enregistrés ont permis d'alimenter une réflexion autour du rayonnement, direct ou indirect, de la conduction, de l'absorption de chaleur.