Comment gérer un élevage en classe ?

Qu'y a-t-il à savoir sur les escargots ?

L’escargot appartient à l’embranchement des mollusques (animaux à corps mou) et à la classe des gastéropodes (mollusques à coquille complète enroulée en spirale et à pied développé). Les escargots ne sont actifs que lorsque l’humidité est suffisamment élevée. Dans le cas contraire, l’animal se rétracte à l’intérieur de sa coquille qu’il obture par un bouchon de mucus qui durcit en séchant, ce qui lui évite la déshydratation. Il en est de même lorsque la température descend en dessous de 12°C à 15°C. L’escargot entre alors en hibernation et le bouchon de mucus se minéralise en s’imprégnant de calcaire.

A droite : Escargot rétracté à l'intérieur de sa coquille, fixé à un morceau de bois par son mucus séché.

Morphologie

Le corps de l’escargot, mou et visqueux en raison de la présence de mucus, est constitué de trois parties : la tête, le pied et la masse viscérale.

  • La tête comporte la bouche qui s’ouvre vers le bas et les organes des sens constitués de deux paires de tentacules. Les tentacules inférieurs, tactiles, sont dirigés vers le bas, les tentacules supérieurs, portant un œil simple et un organe olfactif, sont dirigés vers le haut. Ci dessous : la tête, avec ses tentacules oculaires et tactiles.

  • Le pied est musculeux, large et plat, et supporte une coquille calcaire formée d’une seule pièce en forme de spirale (coquille univalve). Sa face inférieure, en contact avec le sol, forme une sole de reptation et, lorsque l’escargot se déplace, elle laisse une trace brillante formée de mucus.
     
  • La masse viscérale, dont la plus grande partie est enfermée dans la coquille, est enroulée en spirale.

Trois orifices impairs sont visibles sur le corps de l’animal : l’orifice génital situé en arrière du tentacule oculaire droit ; l’orifice respiratoire, situé sur le côté droit du bourrelet qui sépare la coquille du pied (bourrelet palléal), et qui s’ouvre et se ferme rythmiquement ; l’anus, situé à proximité de l’orifice respiratoire, qui se révèle par l’apparition d’un petit cordon d’excréments verdâtres. Un quatrième orifice, l’orifice urinaire, situé à proximité de l’anus, est généralement indétectable en raison de sa petite taille.

L’escargot n’a pas de squelette interne rigide. La coquille, enroulée vers la droite de l’animal (enroulement dextre), comporte de fines stries d’accroissement, parallèles à l’ouverture, qui correspondent aux positions occupées successivement par le bord de la coquille durant la croissance de l’animal. L’escargot est capable de la réparer. Lorsque sa croissance est terminée, le bord de la coquille s’épaissit (coquille bordée).

Alimentation

L’escargot a un régime végétarien. Sa nourriture est surtout composée de feuilles mais il apprécie aussi les fruits, particulièrement les fraises et les melons. La bouche est bordée par une lèvre inférieure et deux lèvres latérales. Il est possible d’observer la mâchoire supérieure, formée d’une sorte d’éventail de corne tranchant, qu’il projette en avant en écartant les lèvres lorsqu’il se déplace sur un aliment. À l’intérieur de la bouche, en position ventrale, se trouve une langue en forme de râpe, appelée radula, constituée de plusieurs milliers de denticules cornés ordonnés en rangées parallèles. Pour manger une feuille, l’escargot en saisit le bord avec les lèvres et la mâchoire et le frottement continu de la radula la réduit en bouillie en faisant un bruit caractéristique.

Respiration et circulation

Les escargots ont une respiration pulmonaire. Le poumon est formé par la cavité palléale, espace situé entre la masse viscérale et le manteau qui recouvre l’intérieur de la coquille. Il s’ouvre à l’extérieur par l’orifice respiratoire dont on peut observer aisément les mouvements rythmiques d’ouverture et de fermeture.

Les échanges gazeux s’effectuent entre l’air contenu dans la cavité palléale et le sang contenu dans les vaisseaux du manteau. Le sang est propulsé par les contractions du cœur qui ne comporte que deux cavités, une oreillette et un ventricule. Toutefois, le système circulatoire n’est pas entièrement clos, le sang se déversant dans des lacunes situées à l’extrémité des artères et baignant directement les organes.

Reproduction

La reproduction des escargots est sexuée et nécessite un accouplement, bien que ces animaux soient hermaphrodites, c’est à dire produisant à la fois des spermatozoïdes et des ovules. En effet, comme chez le ver de terre, les spermatozoïdes et les ovules ne sont pas mûrs en même temps et l’autofécondation est impossible. Lors de l’accouplement, les deux individus échangent leurs spermatophores, boules de mucus contenant les spermatozoïdes. Ces derniers sont ensuite stockés dans une poche copulatrice en attendant la maturation des ovules. La fécondation se produit après que les ovules aient accumulé leurs réserves et les œufs fécondés s’entourent d’une mince coquille calcaire. Plusieurs dizaines d’œufs sont pondus dans des trous que l’escargot creuse dans le sol puis rebouche.

Le développement dure trois semaines et l’éclosion des œufs donne naissance à de minuscules escargots à coquille transparente dont le mode de vie est identique à celui des adultes. Le développement est direct, il n’y a ni métamorphose, ni larve à l’état libre.


Accouplement réciproque (espèce hermaphrodite)


Ponte d'escargot

 

Quelles sont les espèces d'escargots présentes en France ?

Plusieurs espèces d’escargots sont présentes en France et sont faciles à élever. On peut trouver aisément l’escargot des haies (Cepea nemoralis) reconnaissable à sa petite taille et à sa coquille jaune rayée de brun, le petit gris (Cryptomphalus aspersus connu précédemment sous le nom d’Helix aspersa), l’escargot de Bourgogne (Helix pomatia) et l’escargot peson (Zonites algirus).

Escargot de Bourgogne
(Helix pomatia)

Escargot petit gris
(Helix aspersa ou Cryptomphalus aspersus


Comment s'approvisionner en escargots ?

Peut-on toujours ramasser les escargots dans la nature ? Que dit la loi ?

Le ramassage dans la nature de spécimens vivants et leur cession à titre gratuit ou onéreux peuvent être soumis à une autorisation ou interdits dans chaque département par un arrêté préfectoral qui fixe, par espèces nommément désignées, l’étendue du territoire concerné, la période d’application de la réglementation ou de l’interdiction, les conditions d’exercice du ramassage et de la cession, ainsi que la qualité des bénéficiaires des autorisations.

En plus de ces arrêtés préfectoraux, il existe, à l'échelle du territoire national :

  • L'interdiction du ramassage des spécimens vivants d’Helix pomatia et de leur cession à titre gratuit ou onéreux en tout temps lorsque la coquille a un diamètre inférieur à 3 cm ; pendant la période du 1er avril au 30 juin inclus lorsque la coquille a un diamètre égal ou supérieur à 3 cm.
  • L'interdiction du ramassage de spécimens vivants à coquille non bordée d’Helix aspersa (Cryptomphalus aspersus) et de leur cession à titre gratuit ou onéreux en tout temps.
  • L'interdiction du ramassage de spécimens vivants de Zonites algirus et de leur cession à titre gratuit ou onéreux en tout temps, lorsque la coquille a un diamètre inférieur à 3 cm.

Que faire lorsque le ramassage est interdit ?

Lorsque le ramassage dans la nature est interdit, on peut s’approvisionner auprès d’un élevage d’escargots. Sur internet, vous trouverez sans mal un élevage dans votre région.
 

Comment faire un élevage d'escargots ?

Les escargots peuvent être conservés pendant une période assez longue sans précaution particulière, dans une boîte placée dans un endroit frais et sec. Il suffira d’une température supérieure à 15°C et de quelques feuilles de salade humides pour qu’ils reprennent une vie active. Ce sont donc des animaux pratiques pour la classe puisque l’on peut lancer l’observation et l’élevage à n’importe quel moment.

L’élevage des escargots se fait dans un terrarium que l’on peut aménager dans un vieil aquarium. On dépose sur le fond une couche de gravier ou d’argile expansée sur environ 2 cm d’épaisseur pour le drainage. On la recouvre par une couche de terreau de 5 à 10 cm d’épaisseur, elle-même recouverte d’une couche de feuilles mortes pour éviter l’évaporation. L’humidité  devant rester importante en permanence pour que les escargots restent actifs, il est utile de placer un tube plongeant par une extrémité dans la couche de gravier et relié à un entonnoir par son autre extrémité. L’eau versée dans l’entonnoir maintiendra la terre humide par capillarité. À défaut, pulvériser de l’eau tous les deux jours avec un vaporisateur à main.

Le terrarium doit rester bien fermé, par exemple par une vitre pour laquelle il faut prévoir un système de fixation efficace car les escargots sont doués d’une grande force musculaire. Il doit être suffisamment aéré et nettoyé régulièrement car les escargots sont sensibles aux moisissures. Placer dans un coin des abris faciles à nettoyer, par exemple une brique creuse. Une température entre 20°C et 25°C convient pour que les animaux restent actifs mais il ne faut pas placer le terrarium directement au soleil.

Pour l’alimentation, placer dans le terrarium des feuilles de salade ou de chou et, de temps en temps, des morceaux de pommes de terre cuites à l’eau. On pourra compléter l’apport en vitamines par du son de froment et un peu de levure de bière sèche (à acheter dans un magasin de produits biologiques). Il est important d’enlever les restes de nourriture avant qu’apparaissent des moisissures.

Pour obtenir la reproduction, la durée quotidienne d’éclairement doit être d’au moins 15 heures par jour, ce qui peut être obtenu avec un minuteur pour prise électrique. Utiliser un système d’éclairage qui ne chauffe pas (pour éviter le dessèchement), par exemple en plaçant un spot à halogène ou une ampoule de 40 watts à une distance suffisante. Il vaut mieux préparer des barquettes remplies de terre humide, sur environ 5 centimètres de hauteur, pour faciliter la ponte. Les percer de quelques trous pour évacuer l’eau en excès. À 20°C, la durée de développement entre la ponte et l’éclosion est de 25 à 30 jours. La coquille des nouveaux-nés étant très fragile, il vaut mieux éviter de les manipuler.

Si on désire déclencher l’hivernage, la température doit être maintenue inférieure à 10°C et la durée quotidienne d’éclairement inférieure à 8 heures par jour.
 

Que faire de l'élevage en fin d'année ?

Même si l'on trouve ces escargots dans nos régions, ne les relâchez pas dans la nature en fin d'élevage. Dans votre élevage, les escargots n'ont pas été soumis à la pression de sélection du milieu naturel, et des souches adaptées à des conditions d'élevages et non pas des conditions naturelles ont été favorisées. Ainsi, en les relâchant, vous risquez de polluer génétiquement les populations déjà en place qui s'en trouveront donc affaiblies alors que vous souhaitiez peut-être les renforcer.

Si vous ne pouvez garder votre élevage ou le donner à une autre classe, il vous faudra vous résoudre à le détruire, en l'absence des élèves (par congélation dans des sachets étanches placés par la suite aux ordures ménagères).