Planter, semer - Graines de pensées

Auteurs : Travail collectif(plus d'infos)
Résumé :
[Séquence] - Après avoir observé le résultat de semis, les enfants déterminent les besoins des végétaux en comparant des plantes naturelles et artificielles et en tentant d'obtenir de nouvelles plantes sans semer de graines. Par la suite, l'enseignant propose une sortie permettant de prélever des rameaux de quelques arbres de l'environnement proche afin que les enfants effectuent un tri.
Publication : 1 Mai 2005
Objectif :
- Monde du vivant : retrouver l'ordre des étapes du développement d'un végétal ; reconstituer l'image d'un végétal à partir d'éléments séparés. - Structuration du temps : reconnaître le caractère cyclique de certains phénomènes, utiliser correctement les indicateurs temporels et chronologiques. - Quantités et grandeurs : comparer des quantités; comparer, classer et ranger des objets selon leur taille.
Niveau : Cycle 1
Durée :
6 à 8 semaines
Copyright :
Creative Commons France. Certains droits réservés.

 

 

Introduction :

Mettre en place des cultures en classe et/ou dans le jardin de l'école est une activité très motivante pour les élèves. À l'origine, ce peut être un projet de décoration de la cour de l'école, d'aménagement du coin potager ou la création d'un jardin à thème (jardin d'odeurs ou de couleurs…). Si la place dans la cour de l'école ne le permet pas, l'aménagement d'un espace semis et plantations dans la classe peut permettre de nombreuses activités et apporter bien des satisfactions.

Au plaisir de l'action se joint, pour l'élève, celui des sensations tactiles, olfactives, visuelles, pour apprécier l'esthétique des couleurs et des formes ou sentir les fleurs qui viennent de s'épanouir. Plaisir également de l'observation du développement de ces végétaux et, parfois, celui de la récolte. Jardiner peut donc contribuer pour un jeune élève à développer la confiance en soi mais aussi l'habileté motrice. Cette activité suscite l'emploi d'une terminologie précise pour dire l'action de la main qui gratte, qui creuse ou qui enfouit. Elle nécessite de choisir des outils adéquats pour être plus efficace: simple bâton, pelle, grattoir ou râteau, etc. Par ailleurs, mener des cultures oblige, bien souvent, à s'organiser entre enfants.

D'une année à l'autre, à l'école, il est possible de revenir sur les activités, en les diversifiant et en les complétant. Les enfants enrichissent ainsi leurs expériences des végétaux et la découverte de la vie végétale, ils construisent leurs premières représentations ou un premier palier de connaissances, sur lesquels s'élaboreront des concepts à l'école élémentaire.

 

Séquence

Matériel

Description

Proposer des graines variées

 

Matériel :

-graines assorties, germant facilement, de taille moyenne ou grosse (maïs,haricot, pois, fève, blé, avoine, tournesol, lentilles…) ; bulbes et tubercules divers ; plantes et boutures (chlorophytum, bégonia, tomate, misère…).

-Pots assortis (terre, plastique, verre), jardinières…

-Supports de culture assortis : terreau pour semis, terreau universel, tourbe, sable, coton, éponge, laine de verre…

-Arrosoirs, seringues, pissettes, petites bouteilles en plastique de récupération (bouteilles d'eau minérale), grattoirs, petites pelles, cuillères, fourchettes…

-Catalogues de pépiniéristes.

 

L'enseignant prépare des sachets qui ne contiennent pas exactement les mêmes collections de graines. Chaque élève a un sachet. Le but est qu'après semis, les élèves obtiennent des résultats très différents.
En présentant le matériel, l'enseignant questionne et suscite des interrogations: « Qu'est-ce que c'est ? Comment sais-tu que c'est une graine ? … »
Par la suite, l'objectif étant de maîtriser une technique de semis fiable la consigne suivante est donnée: « Vous allez semer les graines qui sont dans les sachets. » L'enseignant laisse les élèves manipuler les graines et attend les demandes éventuelles. Il cherche à faire exprimer la succession des actions à mener.

Les semis sont d'abord individuels. Une fois les besoins d'appropriation par les semis individuels dépassés, il sera possible de proposer aux élèves des semis collectifs qui nécessitent une organisation commune et de la coopération.

De son côté, l'enseignant fera des semis en prenant soin d'identifier chaque sorte de graine semée (collage sur le pot par exemple).

Quelques jours après cette première phase de découverte, des graines vont germer plus ou moins vite, ou ne pas germer. Ces résultats vont être la source de remarques et de questions, prélude aux activités d'investigation qui suivront :

  • Il n' y a pas de plantes dans ce pot.
  • Dans ce pot, les plantes ne sont pas les mêmes.
  • Dans ce pot, il y a beaucoup de plantes…
  • Cette plante est la plus grande…

 

Plantes naturelles, plantes artificielles : les besoins des végétaux

 

Matériel

-graines assorties, germant facilement, de taille moyenne ou grosse (maïs,haricot, pois, fève, blé, avoine, tournesol, lentilles…) ; bulbes et tubercules divers ; plantes et boutures (chlorophytum, bégonia, tomate, misère…).

Quelques plantes et fleurs artificielles réalistes (en soie ou en plastique).

-Pots assortis (terre, plastique, verre), jardinières…

-Supports de culture assortis : terreau pour semis, terreau universel, tourbe, sable, coton, éponge, laine de verre…

-Arrosoirs, seringues, pissettes, petites bouteilles en plastique de récupération (bouteilles d'eau minérale), grattoirs, petites pelles, cuillères, fourchettes…

-Catalogues de pépiniéristes.

 

Comparaison de plantes naturelles et artificielles

L'enseignant apporte en classe une ou plusieurs plantes et fleurs artificielles (en plastique, en soie…) d'aspects différents. Certaines sont dans un pot avec de la terre et d'autres non. Les plantes naturelles de la classe sont mises en scène avec les plantes artificielles. « Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi celle-là n'est-elle pas dans la terre ?»
Les enfants comparent forme, taille et couleur et font référence à un lexique, ils comparent les matières et leurs propriétés (toucher, odeur, souplesse…).
D'autres propriétés et différences peuvent être identifiées.

Observation du développement complet de la plante . L e défi « obtenir la plus grande plante possible » peut être productif. Il s'agit d'identifierdes espèces différentes (certaines plantes resteront toujours de petite taille) pour observer l'unité et la diversité du monde végétal. On met en culture des graines, des boutures ou des plants dont on va observer le développement sur des durées importantes. L'objectif est de mettre en évidence la croissance et l'apparition d'organes particuliers. Le développement éventuel des fleurs, fruits et graines permet de découvrir la fonction de reproduction : les graines obtenues vont donner de nouvelles plantes.
On utilisera la photographie pour mettre en évidence et conserver une trace de la croissance et des transformations.
La nature même du défi proposé suscitera des activités de repérage de mesure et de comparaison (utilisation de bandelettes pour construire des histogrammes). L'activité sera très propice à une structuration du temps en relation avec le développement.

Obtenir de nouvelles plantes sans semer de graines. En amorce ou en complément, il est possible de solliciter les élèves pour qu'ils enquêtent auprès de leurs parents ou grands-parents. Les élèves pourront ainsi ramener des exemples concrets et expliciter des techniques à reproduire en classe.

Parallèlement l'enseignant proposera des bulbes (au moins un par élève, jacinthe, narcisse…) ou des tubercules (pomme de terre). Est-ce qu'on peut les planter ? De quelle façon ? On proposera des plantations en pots individuels. On pourra également faire parallèlement des plantations particulières : bulbes sur du gravier ou sur un pot au-dessus de l'eau ou dans des pots en verre pour observer les racines, expositions variées (classe ou jardin).

Découvrir l'organisation d'un végétal

Une fois que les enfants ont découvert la variété des végétaux, il est possible par des comparaisons de mettre en évidence une organisation commune. Les végétaux, quelle que soit leur taille, ont une partie aérienne visible (les tiges portant des feuilles et des bourgeons, éventuellement des fleurs et des fruits) et une partie souterraine (les racines).
Le tri d'un panier rempli de « fruits et légumes » du marché permet de s'interroger et de situer quelle est la partie de la plante que nous consommons. (Voir la séquence prévue pour la petite section : le monde, mes sens et moi)

Avec des feuilles : comparer, trier, reconnaître

 

Matériel

branches, feuilles, écorce…

 

 

L'enseignant organise une sortie afin de prélever des rameaux de quelques arbres de l'environnement proche. Le nombre d'espèces sélectionnées sera fonction de l'âge des élèves et de leur éventuelle expérience dans ce domaine. Chaque enfant pourra par ailleurs ramasser une dizaine de feuilles. Celles-ci devront être bien formées et intactes pour pouvoir être mises à sécher à plat et collées dans un herbier.
De retour en classe, des groupes sont formés. Les feuilles sont mélangées et les enfants invités à les trier. On pourra mener un apprentissage progressif des noms par des jeux de reconnaissance et utiliser des guides naturalistes adaptés au niveau des élèves pour retrouver le nom des arbres.

Il sera très utile d'afficher un référent collectif écrit dans la classe.

Quand les enfants savent reconnaître les feuilles et nommer quelques espèces végétales, on pourra organiser une nouvelle sortie pour identifier les arbres sur lesquels on a fait les prélèvements.

Télécharger la'intégralité de la séquence (14 pages)  "Planter, semer – graines de pensées"

Cette séquence a été publiée dans le document  "Découvrir le monde à l'école maternelle" ; elle a été réalisée par le MJENR  / DESCO et l'Académie des sciences / La main à la pâte .

Addons