Les paramètres météorologiques

L'humidité représente la quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air. A une température donnée, l'air ne peut contenir qu'une certaine quantité de vapeur d'eau, qui correspond à un seuil. Quand ce seuil est atteint, on dit que l'air est saturé. Au-delà de ce seuil, l'excédent de vapeur d'eau se transforme en eau liquide : c'est le phénomène de condensation. Plus la température est grande, plus ce seuil est élevé. On en déduit qu'un volume d'air qui contient une quantité donnée de vapeur d'eau a tendance à s'éloigner de la saturation quand il s'échauffe. Inversement, si on refroidit ce même volume d'air, il se rapproche de la saturation. La teneur en vapeur d'eau de l'air n'est pas constante d'un point à un autre du globe et ne l'est pas non plus en un point donné au cours du temps. Cette teneur est régie par le mécanisme du cycle de l'eau. On définit une échelle de valeurs pour l'humidité dont les limites correspondent d'une part à l'absence de vapeur d'eau dans l'atmosphère (ce qui n'est rigoureusement jamais réalisé) affectée de la valeur 0% et d'autre part à la saturation, représentée par la valeur 100%.

On raisonne souvent avec l'humidité relative. Celle-ci représente la quantité de vapeur d'eau en pourcentage par rapport à l'état de saturation. Cependant, les météorologistes préfèrent déterminer directement la masse d'eau contenue dans l'air. Ainsi, ils utilisent notamment le "rapport de mélange", qui est la masse en grammes de vapeur d'eau par kilogramme d'air sec qui la contient et "l'humidité spécifique", qui est la quantité d'eau en grammes par kilogramme de l'air humide qui la contient.

Addons